Comment obtenir plus de patience de la part de mon enfant sans lui faire la morale ?

Comment obtenir plus de patience de la part de mon enfant sans lui faire la morale ?

Comment faire pour que mon enfant puisse m’attendre sans se sentir seul ?

Ha la patience… Entre les couches à changer du premier, le linge à étendre et le repas à préparer vous vous sentez débordé et voilà que votre aîné s’embête. Il devient impatient et vous demande toutes les deux minutes.
Seulement, nous sommes d’accord pour dire que vous ne pouvez pas être au four et au moulin. Par conséquent, vous vous agacez, vous vous énervez et rétorquez : « DEUX MINUTES ! » ou bien vous décidez de la jouer « cool » et de lui eeeeexxxxxplliiiiqueeeerrrr quuuuue …. pour qu’au final il vous réponde : « Ohhhh mais c’est trop long ! ».

Je l’ai moi même vécu et pour tout vous dire j’étais désemparée à vouloir faire de mon mieux tout en me recevant cette phrase au visage.
Bref, parfois on vacille entre plusieurs solutions mais ne réussissons plus à gérer la situation.

Alors comment faire pour que mon enfant puisse devenir plus patient ?

Assurez vous d’avoir rempli son réservoir affectif.

Comme dit précédemment : nos journées sont parfois rythmées et nos enfants jonglent parmis toutes nos activités. Et il faut bien le dire : ils s’adaptent sans cesse. Mais voilà, parfois c’en est trop et celui-ci se glisse entre vos pattes et vous demande : « tu peux jouer avec moi ? » Mais manque de chance, vous êtes pris !
Combien de fois leur avons nous répondu : « Non ! Je fais le ménage ! », « Quand j’aurai terminé de faire le repas », « Quand j’ai terminerai le linge » ? Finalement 18h arrive et il est déjà l’heure d’aller se doucher : « On verra demain »…

Ce n’est jamais le moment et pourtant votre enfant à bel et bien besoin de vous.
N’avez vous jamais reprocher à votre conjoint de ne pas vous accorder assez de temps ou d’être trop au travail ? Et bien pour votre enfant c’est pareil ! Celui-ci à besoin de remplir son réservoir affectif. C’est sa manière de s’apaiser.  Accordez lui ce temps afin qu’il puisse vaquer à ses occupations sans être une fois de plus là, à vous attendre.
Lors de ces temps d’échange, restez honnête et en phase avec vous même. Ne surjouez pas et offrez lui de manière sincère cette affection. Si vous le pouvez, proposez lui de faire le repas avec vous ou de changer la couche du deuxième. Portez lui de la considération pour qu’il puisse coopérer ensuite.
Oubliez vos téléphones et choisissez vous de vous amuser ensemble. Décidez d’être là à 100%.

Etes vous, vous même patient ?

En demandant à votre enfant d’être patient vous devrez forcément vous l’imposer à vous même. En effet, nous l’oublions souvent.
N’avez vous jamais remarqué notre impatience à les attendre enfiler leurs chaussures ? Parfois, ceux-ci sont pleinement concentrés à construire une tour de Kapla quand midi sonne : à table ! Vous savez pertinemment qu’il va falloir le répéter, une ou deux fois n’est-ce pas ? Avez-vous pris le temps de savoir si celui-ci était occupé ?
En respectant cette non-disponibilité vous vous assurez de montrer l’exemple. Ne le pressez pas, attendez le patiemment. C’est en vous observant que votre enfant développera rapidement sa capacité à attendre.

Si jamais l’activité était trop longue à finir, proposez lui de la terminer avec vous plus tard, après le repas par exemple. Comprenez le.

Cultiver la patience de mon enfant

En remplissant le réservoir affectif de votre enfant, en devenant un exemple pour lui, vous l’aidez à aller tout droit vers cette vertue.
Pour la travailler d’avantage, sortez observer la nature. Sa lenteur est parfaite pour entretenir la patience !
A travers les saisons, faites le observer chaque fleur, chaque oiseau, chaque arbre… L’idéal est de revenir souvent aux mêmes endroits pour s’apercevoir des changements. Ces questions arriveront très rapidement : « Les fourmis sous cette pierre ne reviendront plus ? », « Où sont les abeilles ? » Laissez le les attendre patiemment.
Le temps ralenti en nature, imprégnez vous de cette lenteur et savourez.

Restez souple.
Gardez à l’esprit que les choses ne s’améliorent pas en un jour.
Cultivez vous même cette patience.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *