Comment être à l’heure sans presser mon enfant ?

Comment être à l’heure sans presser mon enfant ?

Comment faire pour que mon enfant se dépêche, sans m’énerver ?

Les journées filent à vive allure ! Toutes vos matinées sont rythmées de « tu manges ? », « aller lave tes dents ! », « met tes chaussures 3ème fois !… ». Quant à vos soirées, on ne peut pas dire que ça change : « ca fait 5 fois que je t’appelle, à taaaaable ! »  Votre enfant traîne des pieds, vous passez votre temps à le rappeler à l’ordre, à faire en sorte de faire avancer les choses et pourtant… Une fois dans votre lit, vous vous sentez épuisé d’avoir crier, coupable d’avoir pressé votre enfant toute la journée et avez l’impression d’être inefficace.
Par conséquent, quelles sont les habitudes à mettre en place chez soi ? Comment apporter plus de sérénité à votre quotidien et celui de votre enfant ?

Assurez vous que tout est près pour vous.

Chaque chose en son temps ! Une des premières règles à mettre en place dans votre foyer est de  : réservez un temps pour tout. Autrement dit, prenez le temps de connaître vos besoins. La matin, avez vous besoin de prendre une douche pour vous détendre ? Vous préférez que votre enfant se repose jusqu’à quelle heure ? Etes vous okay pour un dessin animé ? Que comporte le petit déjeuné ? S’habille t’il seul ? Est-ce vous qui choisissez sa tenue ? Bref, n’hésitez pas à faire le point seule et à vous poser les questions nécessaires.

Par la suite, vous pourrez par exemple, organiser une petite « réunion » avec votre enfant.
L’idée est de prendre la température et de trouver des solutions ensemble. Posez lui les bonnes questions : Comment tu te sens le matin quand je crie ? Est-ce que tu penses que … ? A ton avis, qu’est-ce qu’on pourrait faire pour que tu ailles bien le matin et que j’arrête de crier ? N’oubliez pas de lui partager vos besoins : « j’ai besoin d’arriver à l’heure à l’école le matin… »
Si votre enfant est jeune, proposez lui des solutions déjà prêtes. En l’impliquant à la prise de décision vous l’engager à s’investir d’avantage, à se  responsabiliser et à rester focus vers ses objectifs. La bienveillance, vous permettra de ne rien imposer à votre enfant et ainsi lui octroyer cette envie de « faire pour vous »

Responsabilisez votre enfant avec bienveillance et fermeté

Après cette étape, appliquez soigneusement ce qui a été convenu.
Par exemple, vous et votre enfant avez pris la décision suivante : l’heure du petit déjeuner se déroule de 8h à 8h30.
Mais ce jour là, celui-ci vous dit qu’il n’a plus faim après avoir bu son verre de jus d’orange. Restez calme, et responsabilisez le en lui disant simplement : « D’accord mon cœur, on se revoit à midi pour prendre le déjeuner. »
Si votre enfant revient à la charge à 10h avec des : « J’ai faim, je peux avoir un bout de pain ? ». Responsabilisez le à nouveau en répondant : « Ha oui je comprend mon chéri, tu dois avoir faim mais le déjeuné sera servi à midi ».
Peut être et surement que votre enfant sera fâché, ou essayera de prendre un bout de pain dans votre dos, mais restez ferme tout en le comprenant et jusqu’au bout : je comprend que… mais…
Plus tard, lors des petits déjeuner, votre enfant comprendra PAR LUI MEME l’importance de prendre son petit déjeuner chaque matin sans que vous n’ayez eu à le forcer ou à lui faire la morale. L’objectif est qu’il apprenne par lui même. Faites partir aux oubliettes les : « tu sais si tu ne fais pas ça » ou encore les « je te préviens !… ». Restez focus, déterminée, calme et compréhensive.
Laissez votre enfant partir le ventre vide vous paraîtra compliqué au départ, mais tenez bon ! L’expérience vaut mieux qu’un discours. La prochaine fois, vous n’aurez pas besoin de lui rappeler que vous devez aller faire la toilette dans 10 minutes… Il sera au courant !

Engagez votre enfant plutôt que de lui ordonner

Pour que votre enfant entreprenne la tâche que vous voulez, jouez dans la finesse. Plutôt que de lui imposer, proposez lui. Par exemple, si vous souhaitez que votre enfant aille au bain et que vous craignez qu’il refuse, donnez lui le choix : « Pour le bain, tu préfères jouer avec ton bateau bleu ou ta grenouille verte ?… La grenouille ? Super, on va jouer ?
De même pour les chaussures : « Pour aller à l’école, tu mets quelle chaussure en premier ? La droite ou la gauche ? ». Grâce a ces questions votre enfant réfléchis déjà à l’action qu’il va faire et aura plus de facilité à s’y mettre.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *